FFMC 17
Fédération Française des Motards en Colère Antenne 17

Site de l’antenne départementale de la Fédération Nationale des Motards en Colère de Charente-Maritime (17).
Retrouvez l’actualité du monde de la moto, agenda des sorties et des itinéraires sympa pour rouler

JUSTICE !

Communiqué de presse FFMC 17 du 01 03 2016
Justice, enfin ! Au lendemain du report d’audience du 3 novembre dernier, nous souhaitions titrer notre communiqué de presse du 1er mars : « JUSTICE ! ».

Article mis en ligne le 3 mars 2016

par Patrick M.
logo imprimer

Justice, enfin ! Au lendemain du report d’audience du 3 novembre dernier, nous souhaitions titrer notre communiqué de presse du 1er mars : « JUSTICE ! ».

Si nous le faisons aujourd’hui, c’est que ce mardi 1er mars, nous avons vu enfin une justice humaine, juste, qui a bien réalisé son travail.

Dans un climat serein, les faits ont été exposés ; le tribunal a visionné la vidéo de l’accident, vision insoutenable pour les deux parties ; et il a pu apprécié la “légèreté“ de l’enquête de gendarmerie pour un tel accident mortel !

La FFMC 17 a soutenu la famille de la victime, notre ami Patrick Bourliaud, dans sa recherche de la clarté des faits : deux individus, sans histoires, de bons pères de famille, que la vie aurait peut être pu rapprocher, ont vu leurs vies bouleversées ce 18 juin 2012, parce qu’un incident technique et un moment d’inattention se sont conjugués malencontreusement : l’un est mort, laissant une famille ravagée, l’autre est à la barre du tribunal, hébété, et sa vie bouleversée.

Qu’importe le verdict prononcé dans quelques semaines sur cet homicide bien sûr involontaire, mais par imprudence ou inattention : le procès a eu lieu, permettant d’expliquer ce qui s’est passé le lundi 18 juin 2012 à 17h05 sur le pont de Ré, et donner enfin à la famille de Patrick la possibilité de faire son deuil.

Présents très nombreux à l’audience, les adhérents et sympathisants de la FFMC 17 ont manifesté dans le calme, la dignité, la sérénité, sans esprit négatif, leur attachement à la justice pour tous.

Un « accusé » qui s’excuse publiquement auprès de la famille de la victime, l’épouse de la victime et l’accusé enlacés à la barre, valaient bien quelques applaudissements de la salle pour rendre hommage à une justice enfin retrouvée.

Car il fallu un sacré combat pour en arriver là ! Il en a fallu des actions et des dépenses pour que l’on reconnaisse qu’un motard n’est pas toujours responsable de sa mort, même s’il semble rouler trop vite, n’en déplaise à M. Doublet, le vice président du CD17 chargé des routes départementales : Patrick était à l’arrêt, sa moto en panne, sur le bord de la chaussée : mais il n’y a pas de Bande d’Arrêt d’Urgence sur les ponts de la Charente Maritime ! Comme il y avait un défaut d’entretien de la chaussée de la RD938 ter, le 24 septembre 2015, à l’endroit ou un autre motard posait ses deux roues.

Il n’y a que rarement de la fatalité dans un accident de la route. Il y a presque toujours un élément déclencheur et un facteur aggravant. D’où la nécessité d’une enquête de police ou de gendarmerie complète et bien documentée ! Comme de 1982 à 2004, avec les enquêtes REAGIR (Réagir pour les Enquêtes sur les Accidents Graves et les Initiatives pour y Remédier) !

La FFMC 17 continuera d’agir et se battre pour que la vie d’un motard, d’un usager de la route, ne se joue pas sur la présence ou l’absence d’une ligne budgétaire « entretien du réseau routier ». Rien que la TIPP rapporte suffisamment (En 2012 pour le Conseil départemental du 17 : 62M€) pour qu’une grande partie soit utilisée au profit de ceux qui la paient : les usagers de la route.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.4