FFMC 17
Fédération Française des Motards en Colère Antenne 17

Site de l’antenne départementale de la Fédération Nationale des Motards en Colère de Charente-Maritime (17).
Retrouvez l’actualité du monde de la moto, agenda des sorties et des itinéraires sympa pour rouler

Législatives 2012 : candidats interrogés

Questionnaire posé aux candidats aux législatives par la FFMC relatif aux spécificités du 2RM. Des candidats aux législatives en Charente-Maritime répondent à nos questions.

Article mis en ligne le 7 juin 2012

par Jean-Marc
logo imprimer

Les motards en colère s’engagent dans les législatives

Les quatre-vingt trois antennes départementales de la FFMC rencontrent les candidats aux élections législatives. Des rendez-vous avant et après les élections, qui se dérouleront les 10 et 17 juin prochains, sont prévus.

Pour les Motards en colère, il s’agit de connaître les orientations des futurs députés sur la prise en compte des deux-roues motorisés et la sécurité routière. Un questionnaire portant sur cinq axes de nos préoccupations d’usagers de la route leur sera proposé.
Nous leur remettrons également notre « Manifeste pour une meilleure sécurité routière des deux-roues motorisés »

Infrastructures routières, service public et réseau routier, code de la route et politique de Sécurité routière, ce que diront, proposeront et feront nos députés dans la 14e législature, ça nous concerne… Alors on s’en mêle dès à présent.

Réponses écrites de :

- Par mail, Esther MEMAIN Circonscription 1 de Charente-Maritime (17)

- Par mail, Victor DOMINGUES Circonscription 2 de Charente-Maritime (17)

- Par mail, Joëlle de CORTE Circonscription 3 de Charente-Maritime (17)

- Dominique BUSSEREAU Circonscription 4 Voir lettre jointe de Charente-Maritime (17)

- Didier QUENTIN Circonscription 5 Voir lettre jointe de Charente-Maritime (17)

Voici les 5 questions posées aux candidats aux législatives 2012 ainsi que les réponses :

Question n° 1 :
Si vous êtes élu(e) député(e), vous engagez-vous à rendre obligatoire la prise en compte du deux roues motorisés (2RM) comme un moyen de transport légitime et alternatif au « tout-voiture » et à considérer leurs 3,8 millions d’usagers comme des conducteurs à part entière : évolution du Code de la route, intégration des 2RM dans les plans de déplacements urbains, infrastructures routières adaptées en tenant compte des spécificités d’évolution des 2RM et de la vulnérabilité de leurs usagers ?

- Réponse de Esther MEMAIN circonscription 1 de Charente-Maritime

OUI pas de commentaire

- Réponse de Victor DOMINGUES circonscription 2 de Charente-Maritime

OUI Nombre de municipalités ont pris en compte cette spécificité et tous s’en félicitent.
Il serait légitime d’envisager des modalités de circulation propres aux 2 Roues notamment sur les 2X2 en créant un couloir de circulation spécifique

- Réponse de Joëlle de Corte circonscription 3 de Charente-Maritime

OUI - Cette prise de position parait urgente et indispensable pour les 2RM et 3RM.
Même si je suis dubitative sur les remontées de files, car les autres usagers de la route ne font pas assez attention voir font exprès de fermer « la porte » aux 2RM et donc c’est bien trop dangereux pour tous à mon sens.
Mais cela reste un débat ouvert à débattre et si les mentalités de tous les usagers de la route évoluent, une modification du code de la route serait tout à fait envisageable dans ce sens

Question n° 2 :
Le décret du 3 janvier 2012 révèle la méconnaissance des agents de l’État sur l’accidentologie des 2RM et des besoins de leurs utilisateurs en sanctionnant d’une amende de 3eme classe et du retrait de deux points de permis à partir de 2013 le non-port d’un « dispositif rétro réfléchissant », même en plein jour, pour les utilisateurs de motos de plus de 125 cm3, alors qu’aucune étude sérieuse ne justifie un tel dispositif qui s’avère inutile, inadapté et discriminant.
Si vous êtes élu(e) député(e), vous engagez-vous à intervenir auprès du gouvernement pour faire revoir ce décret en concertation avec les associations d’usagers et à l’avenir à les associer réellement aux décisions qui les concernent ?

- Réponse de Esther MEMAIN circonscription 1 de Charente-Maritime :

OUI pas de commentaire

- Réponse de Victor DOMINGUES circonscription 2 de Charente-Maritime

OUI NON Les députés peuvent être éclairés et guidés mais ils doivent décider au sein de l’assemblée et prendre leurs responsabilités.
Pour ce qui est des gilets jaunes pour le 2 roues, c’est une mesure superfétatoire !
L’obligation de l’éclairage est suffisant.

- Réponse de Joëlle de Corte circonscription 3 de Charente-Maritime

OUI - Rouler en 2RM impose déjà l’allumage des feux de position. La loi impose aussi la présence de catadioptre ainsi que la présence de dispositifs réfléchissants sur les casques… Ce n’est pas un brassard ou un gilet jaune qui fera la différence.
Il serait plus intelligent de légiférer sur une TVA réduite sur le matériel de sécurité et le rendre obligatoire

Question n° 3 :
En dépit des études qui montrent l’absence de lien entre défaillance technique du véhicule et accidentalité des deux roues motorisés, le gouvernement a annoncé son intention d’introduire un contrôle technique des cyclomoteurs. Puis cette mesure a été repoussée à deux reprises.
Si vous êtes élu(e) député(e), vous engagez-vous à renoncer à ce projet compliqué, coûteux pour les usagers et sans effet mesurable pour la sécurité routière des 2RM ?

- Réponse de Esther MEMAIN circonscription 1 de Charente-Maritime

OUI pas de commentaire

- Réponse de Victor DOMINGUES circonscription 2 de Charente-Maritime

NON Indépendamment des études techniques, le fait d’imposer un contrôle périodique pourrait être décidé car il permet de rassurer l’opinion sur l’état des 2 roues.
Si les 2 roues doivent être considérés comme des conducteurs à part entière, il est cohérent que leurs véhicules soient également soumis aux mêmes obligations de contrôle. Toutefois le coût devra être adapté à un contrôle a priori moins long.

- Réponse de Joëlle de Corte circonscription 3 de Charente-Maritime

OUI - D’autant qu’un contrôle technique n’apportera rien lors d’un contrôle routier.
De plus, le CT moto serait en grande partie visuelle donc n’apporterait rien de plus que ce que le motard fait au quotidien comme vérifications sur sa moto : une moto défaillante cela se voit rapidement par son utilisateur.

Question n° 4 :
Les autoroutes (réseaux les plus sûrs) du réseau concédé ne cessent d’augmenter leurs tarifs de péages, ce qui contraint les usagers à se reporter sur les réseaux secondaires (RN et RD) plus accidentogènes… ces augmentations sont contradictoires avec les objectifs de sécurité routière. D’autres projets visant à instaurer des péages sur des routes nationales sont également à l’étude.
Si vous êtes élu(e) député(e), seriez-vous d’accord pour légiférer afin de limiter les hausses de tarifs et mettre un terme à cette privatisation du réseau routier contraire aux objectifs de réduction des accidents ?

- Réponse de Esther MEMAIN circonscription 1 de Charente-Maritime
OUI pas de commentaire

- Réponse de Victor DOMINGUES circonscription 2 de Charente-Maritime

OUI Le coût des péages doit être limité aux coûts d’entretien des ouvrages.

- Réponse de Joëlle de Corte 3è circonscription de Charente-Maritime

OUI - Il ne faut pas oublier que lorsque les péages ont été instaurés, il avait été garanti au peuple français qu’une fois le réseau routier remboursé il n’y aurait plus de péages. Au lieu de cela, l’état à vendu à des sociétés privées ce qui est inadmissible.
Si l’on ne veut pas supprimer ces péages, il faut au moins que cet argent soit utilisé pour ce que l’on prétend en faire : les réfections, l’entretien et l’adaptation à tous les usagers, particulièrement la sécurité des 2RM (double rail, chaussée nervurée etc), sur l’ensemble des réseaux routiers.
Je suis contre les péages sur les nationales, qui sont à la charge des régions, donc de l’état, donc déjà payé par nos impôts : un péage supplémentaire correspond à une taxe supplémentaire injustifiée et inéquitable.

Question n° 5 :
En 2012, huit villes de France métropolitaine (Paris, Saint-Denis, Lyon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Nice, Aix-en-Provence et Grenoble) et 22 zones prévues ensuite feront l’objet l’expérimentation du dispositif ZAPA (Zones d’action prioritaires pour l’air). Les ZAPA sont censées contribuer à une limitation des émissions polluantes générées par la circulation routière. Les polluants visés sont essentiellement les « particules fines » et les oxydes d’azotes rejetés par les moteurs diesel, particulièrement ceux des poids-lourds dans les secteurs à fort trafic de fret routier. Contre toute logique, les deux-roues motorisés mis en circulation avant 2004 seront interdits dans ces zones alors qu’il n’existe pas de 2RM à moteurs diesel, que les 2RM participent à la réduction des embouteillages et que leur usage contribue à la réduction du trafic automobile dans les déplacements quotidiens des salariés.
De plus, ces zones constitueront une réelle discrimination vis-à-vis des populations les plus défavorisées, et une atteinte à la liberté de circulation en général. Nous pensons que le projet élaboré sous le gouvernement Fillon n’est pas adéquat aux réalités économiques et sociales actuelles et à venir, sans effets sur la pollution.
Si vous êtes élu(e) député(e), vous engagez vous à revoir le dispositif ZAPA en tenant compte des mises en œuvre chez nos voisins européens (où les 2RM ne sont pas concernés par les restrictions de circulation) et en associant de manière effective les représentants d’usagers à cette démarche ?

- Réponse de Esther MEMAIN circonscription 1 de Charente-Maritime
OUI pas de commentaire

- Réponse de Victor DOMINGUES circonscription 2 de Charente-Maritime

OUI NON Si une harmonisation européenne est en cours, la France devrait joindre son expertise à celles de ses partenaires afin de faire émerger des solutions adaptées.
Je n’ai pas de connaissances techniques sur les émissions produites par des 2 Roues construits avant 2004.
A priori, l’interdiction de circuler de ces 2 Roues dans les ZAPA me semble incongrue.

- Réponse de Joëlle de Corte 3è circonscription de Charente-Maritime

OUI - Je trouve aberrant que l’on puisse faire des lois, décrets ou autres choses sans consulter toutes les associations d’usagers concernées et pas seulement celles qui vont dans le sens que l’on veut donner à la loi.
Je ne comprends pas que l’on interdise à un 2RM les centres villes, alors qu’il est moins source de pollution que, par exemple, un 4X4 de 2011 !
Cependant, je ferais la distinction entre le dispositif ZAPA qui parle de pollution de l’air et la volonté à peine cachée de désengorger les centres villes en éliminant du parc roulant les véhicules les plus anciens. Là effectivement il y aura discrimination envers les plus modestes.
On ne devrait pas opposer à la pollution de l’air l’argument de fluidité de circulation ! Ce sont deux problèmes totalement différents.

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • Lettre de M. Dominique BUSSEREAU
  • 668.4 ko / PDF
  • Réponse Didier QUENTIN
  • 785.5 ko / PDF

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.4